Expatriation en Andorre

Andorre VS Dubaï : La Principauté pyrénéenne s’impose comme le nouvel eldorado des créateurs de contenu

Actualités
Andorre VS Dubaï La Principauté pyrénéenne s’impose comme le nouvel eldorado des créateurs de contenu

Cela fait maintenant quelques années que les stars d’influence s’installent à Dubaï. L’Emirat attire pour son cadre paradisiaque, mais surtout pour ses avantages fiscaux. Aujourd’hui, la Principauté d’Andorre est aussi devenue une destination privilégiée des influenceurs et youtubeurs. Qu’est-ce qui explique cette nouvelle tendance ? Découvrez les réponses dans cet article.

Andorre : la nouvelle destination phare des stars de la télé-réalité

Andorre, ce micro-État enclavé d’Europe, attire de plus en plus les créateurs de contenu : youtubeurs, streamers, influenceurs, etc. La raison est simple. En restant en France ou en Espagne, leurs revenus sont considérés comme des revenus d’activités économiques. Ils sont donc imposés à 50% de leur chiffre d’affaires dans leur pays d'origine.

Ce n’est pas le cas dans la Principauté où ces jeunes actifs ne seront imposés qu’à hauteur de 10 % maxima de leurs revenus. De plus, 24 000 euros sont défiscalisés et le reste est imposé à seulement 5 %. Au final, le taux effectif n’excède pas 5 %, ce qui leur permet de réaliser une épargne conséquente.

Le pays attire également les personnalités d’État. Les 25 et 26 mars derniers, le monarque espagnol Felipe VI et son épouse doña Letizia se sont rendus dans la Principauté. Cette visite marque l’histoire car c’est la première fois qu’un roi espagnol se rend officiellement au pays.

Pour concrétiser un désir de départ, il faut avoir la certitude d’une arrivée réussie.Virginie Hergel

Contact par téléphone ou whats’app
+376 331 586

La Principauté facilite l’implantation des créateurs de contenus dans le pays

Andorre propose une forme de résidence passive aux professionnels avec projection internationale. C’est le cas lorsque 85 % de leurs activités portent sur d’autres pays étrangers, à l’instar des créateurs de contenu qui sont considérés comme des professionnels nomades.

Pour pouvoir s’y implanter, leurs revenus doivent faire le triple du salaire minimum en Andorre, lequel s’élève à 1121,47 euros en janvier 2021. Ils doivent également avoir leur résidence principale dans le pays.

Ainsi, les créateurs de contenus effectuent leur activité depuis le confort de leur domicile en Andorre. Ils peuvent se déplacer en France ou en Espagne pour participer aux événements ou encore aux réunions.

Dubaï de plus en plus délaissée par les influenceurs : pourquoi ?

Pendant plusieurs années, Dubaï a connu l’installation massive des influenceurs. L’Émirat faisait office d’un véritable paradis fiscal pour eux. Il n’y avait en effet ni impôts ni taxes. Les créateurs de contenus pouvaient donc y monter leur business sans problème. En même temps, ils profitaient de l’anonymat que leur offre le pays pour vivre tranquillement.

Cependant, selon la FTA (Autorité fédérale de la Fiscalité), les influenceurs et artistes résidant à Dubaï seront bientôt soumis à la TVA. Cette nouvelle loi s’applique surtout à ceux dont les revenus annuels sont supérieurs à 370 000 AED. Cette imposition s’applique également aux cadeaux d’entreprise qu’ils reçoivent en contrepartie d’une publicité. Il en sera de même pour les influenceurs non résidents qui sont aussi tenus de s’inscrire à la TVA pendant leur séjour professionnel à Dubaï.

Top